Parce que l'on récolte ce que l'on sème

Recent Posts

Et si on commençait à se parler?

Et si on commençait à se parler?

Depuis que j’ose mettre des mots sur ce que je vis, je m’ouvre à beaucoup de personnes autour de moi. Et vous savez quoi? C’est tout simplement magique! Je suis le genre de personne qui vit dans son petit monde, je ne fais pas exprès pour […]

Être parent, c’est que du bonheur mais pas de fun?

Être parent, c’est que du bonheur mais pas de fun?

Être parent, c’est que du bonheur mais pas de fun? C’est possible ca? Ces temps-ci, la vie met sur ma route ici et là des petits trésors pour m’aider à cheminer, pour trouver des réponses à mes questions. J’ai mis une dizaine d’années à concevoir […]

Jardiner sa vie avec un enfant opposant

Jardiner sa vie avec un enfant opposant

Ces temps-ci je cumule les lectures pour m’aider avec ma grande fille qui nous démontre beaucoup d’opposition et de colère à la maison. Et plus je lis et plus je comprend que j’ai un rôle fondamental dans ce qu’on vit. J’ai décidé d’écrire sur le sujet car ces dernières semaines, après un été de confrontation avec ma poulette de 6 ans, c’est complètement épuisée que j’ai décidé d’aller chercher de l’aide.

Trouble de l'opposition - enfant opposant | Jardine ta vie
Crédit image : Pixabay OpenClipart-Vectors

Ce que soupçonnais? Le fameux trouble de l’opposition avec provocation, TOP pour les intimes. Rien de moins et j’allais prendre les grands moyens pour régler ça!

En voulant prendre un rendez-vous en neuropsychologie pour nous aider à régler les mauvais comportements de notre enfant, j’ai réalisé 3 trucs : c’est loin d’être gratuit tout cela (1500$ à 1800$ juste pour le diagnostique), les rendez-vous n’étaient pas rapides du tout (au privé) et surtout j’avais dû compléter un formulaire où j’avais reconnu l’enfant que j’étais en décrivant ce qu’on vivait avec notre fille (quelle chance!).

Quoi faire?! Il me semblait évident qu’on allait virer dingue bien avant d’obtenir un diagnostique… Fallait à tout le moins que je trouve des pistes de solutions pour calmer le jeu en attendant. Je suis parti à s’assaut du web pour lire sur le sujet, j’ai acheté des livres, j’ai parlé avec toutes les personnes qui ont bien voulu m’écouter et surtout, j’ai réfléchis à celle que j’étais enfant. Après tout, je m’étais reconnue dans la description que j’avais fais de ma fille sur le formulaire de la clinique.

Je n’ai pas mis de temps à mettre les mots sur ce que je recherchais : tout simplement de l’attention bienveillante, je voulais savoir que je comptais pour quelqu’un.

Un truc dans mes lectures m’a marqué, j’ai compris que l’opposition qu’elle nous démontre n’est rien d’autre qu’une réponse à nos comportements et à nos choix de vie. Et quand j’y pense, sa réponse est parfaitement adaptée à notre vie de fou!

Il est vrai qu’on arrête jamais, notre vie est un interminable marathon. Alors qu’on était très proche, pour ne pas dire fusionnelles, elle a perdu mon attention quand fiston est né. D’un coup, elle a dû céder sa place et comble de malheur, exactement au même moment, mon entreprise prenait de l’ampleur. J’étais plus qu’occupée et j’ai rencontré des difficultés à assumer tous mes rôles. Papa a pris le relais pour plein de choses, ça m’a énormément aidé mais il ne pouvait pas être moi. J’ai réalisé que ma poulette me cherche depuis 3 longues années… 3 ans que je lui disait d’attendre… Fallait que je me réveille!

Pour le réaliser, j’ai écris tout ce qu’on faisait de nos journées dans le but de faire ressortir des moments doux avec mes enfants. J’ai réalisé que je suis présente pour les routines du matin et du soir, je cuisine, je fais des lunchs, j’achète 3 millions de surprises qui nous pourrissent la vie, je console, je gronde, je distribue mes « je t’aime » et mes tapes dans le dos à gauche et à droite mais JAMAIS je ne joue avec mes enfants, jamais je n’ai avec eux des moments doux où je suis 100% disponible.

J’ai réalisé que l’extension de mon bras me nuit énormément, oui mon cellulaire est un véritable problème. Mais il y a aussi mon TDA/H qui a été diagnostiqué il y a 2 ans qui entre en ligne de compte. Ma vie de maman et d’entrepreneure est difficile à concilier pour moi, alors que j’aurais plus que jamais besoin d’être structurée et organisée, je réalise que je suis complètement démunie devant ces concepts. La gestion de mes émotions est aussi une autre problématique que je dois régler au plus vite parce que les enfants nous imitent qu’on le veuille ou non…

J’ai compris qu’il était temps pour moi d’aller lire sur le TDA/H pour mieux me comprendre et en accepter mes limites. Je compte sur mes lectures pour développer des stratégies qui me permettront d’être plus en contrôle de mes émotions et plus efficace au quotidien. J’ai des décisions à prendre, des lâcher-prise à faire, des objectifs à redéfinir pour que notre futur soit harmonieux.

Ces dernières semaines n’ont pas été faciles, j’ai eu beaucoup de peine et ressenti énormément de culpabilité d’être juste MOI, de ne pas assurer comme je le voudrais comme maman. J’ai peut-être un TDA/H et un million de défauts mais j’ai aussi quelques qualités bien ancrées en moi qui me font me relever les manches et mettre les bouchées doubles pour régler notre situation. On va s’en sortir, promis juré!

Pour en revenir à ma poulette opposante, j’ai mis une chose en place qui a réglé 80% de notre problème, je lui offre 30 minutes par jour juste à elle et avec mon téléphone fermé dans une autre pièce de la maison. Durant ces 30 minutes, elle décide de tout. C’est un moment de bonheur qui change tout. J’ai mis d’autres choses en place mais je vous en reparlerai. 🙂

En ce moment, je me sens confiante pour la suite des choses, je ne pense plus aller chercher un diagnostique et de l’aide externe. On a encore plein de choses à essayer pour ramener l’harmonie à la maison mais on y va un changement à la fois pour bien saisir la portée de chacun et surtout pour nous assurer d’être constant. À suivre. 🙂

Mon problème de surconsommation, ça se soigne docteur?

Mon problème de surconsommation, ça se soigne docteur?

Je ne suis pas très active ces derniers temps parce que je me suis mis au ménage de ma cabane! Je désencombre pour la 100e fois de ma vie et cette fois, je me paye une vraie réflexion en lien avec tout ce que j’achète […]

Sirop chocolaté de style Nesquick

Sirop chocolaté de style Nesquick

Depuis 2 ans, j’essaie de couper au maximum les colorants et autres additifs alimentaires mais sans pour autant qu’on se sente privé ou différents des autres, j’essaie aussi de réduire la quantité de sucre qu’on mange. Je suis encore bien loin de la perfection mais […]

Mon enfant n’a pas d’amis

Mon enfant n’a pas d’amis

Mon enfant n’a pas d’amis

Oh que ça fait mal à mon petit cœur de maman d’écrire que mon enfant n’a pas d’amis. Mais c’est tellement la vérité… 🙁

Mon enfant n'a pas d'amis | Jardine ta vie
Crédit photo : Greyerbaby – Pixabay

Ma fille est seule au milieu d’une foule. Mais ce qui me fait de la peine, c’est que contrairement à moi, elle va à la rencontre des autres. Elle est constamment rejetée d’une manière ou d’une autre…

Il y a 2 semaines, on a fait sa fête dans un centre d’amusement et on avait invité 4 copines de classe. Après une heure elle est venue me parler pour me dire : « tu vois maman, elles ne sont pas mes amies, elles ne veulent pas jouer avec moi ». Je ne pouvais pas la contredire, les fillettes s’amusaient entre elles en l’excluant totalement…

Des situations du genre, elle en vit beaucoup… Même là où ça ne devrait pas…

Le mois dernier, nous étions à la fête de la fille de nos amis de longue date, la petite a 7 ans (ma fille 6) et les autres enfants présents avaient 8 et 9 ans et ils se connaissent tous depuis leur naissance. Croyez le ou non, elle s’est fait tasser toute la soirée et fiston de 2 ans et demi s’est amusé comme jamais… Aucun adulte (parents des autres enfants) n’est intervenu en sa faveur, c’est même le contraire qui s’est produit plusieurs fois. Sur le chemin du retour, notre fille nous a dit qu’elle ne voulait pas les voir à sa fête puisqu’ils ne sont pas ses amis… Quoi dire? Elle avait encore raison…

Dans sa classe la semaine dernière, elle a été la seule à ne trouver personne pour son travail d’équipe à l’école, elle est revenue à la maison en me disait qu’elle avait été la chanceuse qui a pu faire le travail avec le professeur. L’acidité m’a monté à la gorge et je lui ai dit que oui, elle avait été chanceuse cette fois.

Quoi dire, quoi faire?

Intervenir est la première chose qui me vient à l’esprit mais dans les fait, quand je vois qu’elle se fait rejeter, la colère gronde en moi et du coup, je ne suis plus la bonne personne pour l’accompagner. Et chaque fois, je me dis que c’est les parents de ceux qui rejettent mon enfant qui devraient intervenir en sa faveur auprès de leur enfant… Ça n’arrive JAMAIS!!!!

Pour ce qui est de l’école, j’en ai parlé avec son professeur qui l’aidait beaucoup à ce niveau mais voilà, elle est en congé maladie depuis le congé de Noël, la remplaçante ne voit pas de problèmes et me dis que tout va très bien. J’ai compris seulement à sa fête qu’elle est seule au milieu de la foule, c’est peut-être difficile à voir quand on gère une classe…

Me trouvant incompétente pour les relations, je lui paye une heure par semaine avec une dame qu’elle adore et qui est justement une professeur de maternelle à la retraite, mon but avoué est qu’elle l’aide à développer au fil de temps des compétences relationnelles tout en se respectant.

Chaque fois qu’on le peut, elle invite une copine de classe à venir jouer à la maison. On pensait l’aider à développer une relation plus profonde avec l’une d’elles au fil du temps. Pour vous dire, aucune n’est revenue une 2e fois, elle se fait souvent dire non pour diverses raisons. Ce qui me choque le plus, c’est les parents qui reviennent chercher leur fille et qui promettent d’inviter la mienne bientôt. Les invitations n’arrivent JAMAIS et ça me fait une autre peine à gérer parce que ma poulette y croit!!!!

Je me dis qu’elle a 6 ans, que rien n’est perdu mais ce qui me fait le plus peur dans cette incapacité à nouer des relations solides, c’est l’intimidation auquel elle s’expose. Aujourd’hui elle est à la maternelle et elle tient la main du professeur quand elle en ressent le besoin mais bientôt, ce sera une option gênante… Voilà pourquoi le sujet me préoccupe tant.

Quand la pomme ne tombe pas loin de l’arbre

Ce que je n’avais pas prévu en devenant maman, c’est que je me retrouverais confronté à ma propre histoire à chacune des étapes que mes enfants vivent. Des fois je réalise que les vieux bobos que je croyais réglés, étaient juste en dormance et qu’ils attendaient juste l’occasion pour se manifester… Pour la question de l’amitié, je suis obligé de dire que la pomme est tombée vraiment très proche de l’arbre…

Du plus loin que je me souvienne, j’ai de la difficulté à nouer des amitiés sincères et solides. Vous savez les amies à qui ont dit tout… Je ne sais pas si ça fait looser à dire mais j’ai mis 42 ans à me faire des vraies amies avec qui j’ai envie de parler plus que de la pluie et du beau temps… Et j’ai encore 42 ans en ce moment…. (bruit de criquet…).

Enfant, j’ai bien eu une meilleure amie mais le problème, c’est que je n’étais pas sa meilleure amie à elle. J’en ai beaucoup souffert quand elle me tournait le dos pour aller vers ses meilleures amies mais je me disais que c’était mieux que rien. Aujourd’hui je pense souvent à elle et je l’aide comme je peux quand elle vit des difficultés, vive Facebook parce que il y a belle lurette qu’on s’est perdue de vue. Ce n’est pas le genre d’amitié que je souhaite à ma poulette, c’est souffrant…

J’écris ces lignes et je me dis que je suis une personne extrêmement forte. Vous savez, l’arbre qui se tient droit malgré le vent qui veut le faire plier, c’est l’image que j’ai de moi. Jamais de toute ma vie, je n’ai été protégée par la forêt autour de moi, j’ai tout affronté et assumé toute seule. Je n’avais aucune amie à qui parler des tempêtes et sécheresses qui passaient dans ma vie, aucune épaule sur laquelle pleurer, aucune main pour faire des « high five » pour célébrer mes victoires… Je mentirais si je disais que ça été facile mais c’était mon chemin de vie j’imagine. La seule fierté que j’en tire en ce moment, c’est que je me suis tout le temps respecté en préférant être seule que mal accompagnée.

Ma chance à moi dans la vie, c’est d’avoir eu ma sœur et ma mère à qui parler. C’est aussi d’avoir trouvé un meilleur ami à marier! Et tout au long de ma vie, je n’ai jamais hésité à faire appel à des psychologues ou autres professionnels pour me démêler. Parce que pour avancer, vaut mieux payer un professionnel que de parler à quelqu’un qui n’apporte rien…

Ce que je sais de l’amitié

En fait pour m’être fait quelques vraies amies ces derniers mois, je réalise que je n’ai pas fait grand chose pour que ces amitiés prennent naissance. J’ai l’impression que les vraies amitiés c’est comme les amours, il s’agit de hasards de la vie qu’on saisit ou non quand ils se présentent et qu’on jardine ensuite. Je pense que l’amitié et l’amour c’est deux choses très similaires, de là les peines d’amitié.

C’est des vraies amitiés que je souhaite à ma fille mais j’aimerais que ça lui tombe dessus bien avant moi…

Ça m’aura pris ce millier de mots, parce que oui, si vous me lisez encore, vous avez lu plus de 1000 mots (MERCI!!!!!) pour peut-être trouver comment accompagner ma fille là dedans….

Accompagner ma fille là dedans…

Et si je lui expliquais la différence entre amis et connaissances? Est-ce que du haut de ses 6 ans elle comprendrait? Je tend à penser que oui…on verra bien!

Je me dis qu’on est tous entourés de personnes moins proches, qu’on appelle des connaissances, mais qui sont tout de même importantes sur nos parcours. Même si l’attachement à ces personnes n’est pas aussi profond, elles sont déjà dans nos vie et aussi bien y porter un peu plus attention. En ayant des attentes réalistes, peut-être qu’elle vivra un peu moins le sentiment de rejet mais surtout qu’elle saura se protéger et se respecter en attendant l’arrivée dans sa vie d’une précieuse « best friend »… À suivre!

Vivez-vous ou avez-vous déjà vécu cette situation? Des pistes de solutions à partager?

Faire un labyrinthe en Lego, c’est facile!

Faire un labyrinthe en Lego, c’est facile!

On a fait un labyrinthe en Lego! Faut que je vous dise, depuis peu, chez nous, on vit une véritable histoire d’amour avec les blocs de construction de type Lego. Notez que je dis Lego comme je dirais Kodak pour un appareil photo. Je le précise […]

Gâteaux au chocolat à base de pois chiche

Gâteaux au chocolat à base de pois chiche

Les derniers mois ont été pénibles pour moi et ce nouveau blogue, tout frais, je le veux inspirant, positif et chocolaté! Je veux qu’il soit du bonbon et je vais m’efforcer de vous partager (entre autre) des recettes qui sont santé et appétissantes pour toute […]

Je suis une girouette, sachez-le!

Je suis une girouette, sachez-le!

C’est très gênée que j’écris ce premier billet de blogue pour Jardine ta vie. On dit que c’est seulement les fous qui ne changent pas d’idée, eh ben je vous promet que je ne suis pas folle… lol

Laissez-moi vous expliquer!

Depuis 3 mois, je cours dans tous les sens et je prend plein de décisions que je défais presque aussitôt, une girouette je vous dit!!! Pendant ces 3 mois, j’ai essayé de consolider ma vie de blogueuse en changeant le nom de mon blogue Maman Consomme pour Jardine ta vie. Sérieusement je croyais que ça se ferait en criant ciseau, eh ben non, je m’identifiais bien plus que je le pensais à Maman Consomme. Depuis mon changement de nom, j’errais comme une pauvre âme en peine, j’ai même dit lors de mon dernier 5 à 7 à plein de monde que je n’étais plus personne… Je me suis auto-bouleversé…hi hi…

Maman Consomme et Jardine ta vie

En revenant de ce fameux 5 à 7, j’ai pris un grand respire et me suis demandé quelle était la solution pour arriver à être bien avec tout ça, pour rester moi. J’ai décidé de faire marche arrière pour revenir à mon idée de départ et de créer 2 blogues avec chacun leurs réseaux sociaux. C’est un peu comme si j’étais passé par New York pour aller chez ma voisine mais c’est le genre de détour qui m’arrive régulièrement de faire quand je ne suis pas confortable avec mes décisions. 🙂

Est-ce que ça se peut d’être consommatrice et d’aspirer à une vie plus riche avec son entourage? Je pense que oui mais seulement, c’est difficile à concilier sur un même blogue. Je me sens comme une maman de 2 enfants que je dois élever de manière différente pour qu’ils grandissent en beauté, les 2 sont connectés direct sur mon cœur même s’ils ne se ressemblent pas. Je ne sais pas comment dire autrement mais bon, je me sens enfin bien avec tout ça, j’imagine que c’est ça l’important, hein?

Je vous invite à lire le billet que j’avais écris pour expliquer mon changement de nom et mission. 🙂